Les limites de l’inbound marketing

8 460 profils LinkedIn en France contiennent les 2 mots inbound et marketing. C’est un chiffre en hausse régulière, mais à prendre avec précaution car un profil peut être DRH dans une agence d’inbound marketing, un étudiant peut avoir fait un mémoire traitant d’inbound marketing ; on trouve également des consultants, des agences, des experts,…

Inbound Marketing : ecrire pour les humains ou pour les moteurs de recherche ?

Inbound Marketing. Marketing de contenu. Content marketing… En dehors des professionnels de la profession, on appelle ça un peu comme on veut. Selon le Content Marketing Institute, le content marketing, c’est : « a strategic  marketing approach focused on creating and distributing valuable, relevant and consistent content to attract and retain a clearly defined audience –…

Marketing Digital : ça ne marche pas, mais on continue quand même

Depuis 5/6 ans, avec mon associé et mon équipe, nous avons analysé des dizaines de sites. Pourquoi ? Parce que chaque fois que nous travaillons pour 1 client, nous analysons 4 à 6 concurrents. Nous analysons ces sites d’un point de vue marketing (marketing digital précisément) c’est-à-dire en tant que vecteur de business potentiel. On…

Marketing digital : sites ou réseaux sociaux

En matière de marketing digital, on a un peu l’impression que quand on parle de site Internet, on est un vieux du siècle dernier qui n’a rien compris à ce qu’il se passe et qu’on est totalement décalé et déconnecté de la réalité, puisque désormais l’heure est aux réseaux sociaux. C’est clair qu’en termes de…

Inbound Marketing : Démasquez les imposteurs

J’ai commencé à faire de l’inbound marketing (sans savoir que cela s’appelait comme ça) dès la création de mon entreprise, en novembre 2009. Je venais de l’industrie papier / cartons / emballages. J’étais Directeur de Business Unit (avant-vente, prescription, vente, après-vente, service technique, marketing et communication) dans un grand groupe européen. J’étais très attiré par…

La prospection, c’est terminé

Si les clients sont entrés dans l’ère du digital, les clients sont restés bloqués en 1965 (Actionco).
La prospection « dans le dur », ça ne marche plus. Appels à froid, spam emailing, porte à porte… c’est fini. L’emailing reste très utilisé parce qu’il n’est pas cher, mais en prospection, ça ne marche pas. Toutes ces approches traditionnelles ont été utilisées encore et encore depuis des décennies par des générations de commerciaux, mais elles sont en train de passer aux oubliettes de l’histoire.
Le phoning marchait bien parce qu’accéder à l’information était compliqué et cher. Les clients / acheteurs ne savaient pas ni où ni comment s’informer et trouver des solutions à leurs problèmes. Un certain nombre de clients ou d’acheteurs étaient donc disposés à échanger avec des commerciaux qui pouvaient les écouter, répondre à leurs questions et régler leurs problèmes. Aujourd’hui, l’information est accessible en quelques clics via des moteurs de recherche, des vidéos, des infographies, des livres blancs, des business case, des forums, des blogs, des réseaux sociaux. L’acheteur / le client en sait désormais au moins au temps que le commercial sur ses produits mais aussi tout ce que propose la concurrence.
C’est notamment pour cela, que la prospection téléphonique, c’est du passé. L’acheteur s’auto-forme, s’informe par lui-même. Les commerciaux doivent donc trouver de nouveaux moyens d’apporter de la valeur. Ils doivent comprendre comment fonctionnent les acheteurs aujourd’hui, comment ils s’informent, passer du push au pull, utiliser les réseaux sociaux…