C’est une des fonctions des fonctions cachées de LinkedIn. Ce n’est pas nouveau. Il y a toujours eu des fonctions cachées sur LinkedIn.

La fonction « topic » permet d’en savoir plus sur une thématique (postes, entreprises, articles…) :

  • Dans quelles entreprises on la retrouve le plus souvent ?
  • Dans quelle université on la retrouve le plus fréquemment ?
  • Quelles sont les top compétences du domaine ?
  • Combien de profils ont cette compétence ?
  • Quels profils ont cette compétence ?
  • Quelles annonces recherchent cette compétence ?
  • Quels articles « populaires » traitent du sujet ?

Il faut aller à la page https://www.linkedin.com/directory/topics/ qui liste et donne accès à tous les sujets (topics) pris en compte. Sur la page d’accueil, une centaine de sujets à la une est mise en avant.

En haut de la page, la recherche par nom donne accès à des centaines d’autres.

Par exemple, pour la thématique « marketing ».

On y accède via la page « topic », soit : https://www.linkedin.com/topic/marketing

  • 24 379 491 profils ont la compétence « marketing ».
  • On la retrouve essentiellement chez… les freelances (105 686) puis chez IBM (27 120), Microsoft (26 659), Google (22 378) et L’Oréal (21 668).
  • Les « Top Universities » (LinkeIn n’indique pas comment interpréter ce critère) : University of Phoenix (88 117), Fundaçao Getulio Vargas (54 651), NYU (48 819)…
  • Les « top skills » du marketing : Management (7 821 416), service client (7 774 408), réseaux sociaux (7 260 966), stratégie marketing (6 841 044), Microsoft Office (6 732 397).
  • 41 957 220 profils contiennent le mot « marketing ». Donc tous les marketers ne se mettent pas nécessairement « marketing » en compétence.
  • Les articles qui remontent sont tous en anglais.

Je ne pense pas que cela bouleverse profondément votre expérience sur LinkedIn, mais cela peut dans certains cas apporter des insights intéressants notamment dans le choix des compétences à mettre sur son profil même si ces infos sont moins facilement exploitables que ce que LinkedIn proposait il y encore 4 ou 5 ans.