C’est encore un point que beaucoup ignorent. Lors de mes interventions, que ce soit en entreprise, auprès de marketeurs ou de dirigeants, la majorité des gens que je rencontre croie encore que quand ils publient un article sur LinkedIn, il est envoyé à tout leur réseau.

Premier point ce n’est pas l’article qui est envoyé, mais une notification de publication d’un article. Second point, cette notification n’est pas envoyée à tout le réseau.

En fait (et on le voit bien en page d’accueil où le tri par défaut du contenu se fait selon un critère de pertinence), un article que l’on publie sur LinkedIn, ne sera envoyé qu’à nos contacts pour lesquels LinkedIn estime que notre article pourrait être pertinent.

Evidemment LinkedIn ne définit pas la pertinence. Comme Facebook, LinkedIn analyse en permanence ce que chacun y fait, commente, like, consulte… pour déterminer quels sont nos centres d’intérêt. Ensuite, par rapport à tous ces éléments, LinkedIn filtre parmi toutes les actualités qui nous concernent, celles qui ont la plus forte probabilité de nous intéresser. LinkedIn est très clair sur le sujet : « (les articles) sont partagés avec un sous ensemble de vos relations et de vos abonnés ».

Ce n’est pas l’article en tant que tel qui est envoyé, mais une notification dans les flux de nos contacts. Encore faut-il qu’ils la voient, le timing est donc essentiel.

Ceux avec qui nous ne sommes pas connectés, peuvent rester informés de nos articles en nous suivant.

On l’a vu plus haut, le timing est essentiel. Un de mes prospects a publié, pendant 1 an 2 articles par semaine… le mardi après-midi… quand il n’y a plus personne sur LinkedIn. Résultat : pas un contact généré, donc ROI négatif ; 15 lecteurs en moyenne par article alors que tous sont intéressants, bien rédigés et bien illustrés.

L’autre clé, c’est l’image. Comme je l’ai dit en 2012 dans le premier article publié sur le sujet : sur les réseaux sociaux, l’heure est au picture marketing. Cela veut dire que l’image d’illustration d’un article est clé. L’exemple est donné par LinkedIn :

Il y a tellement d’infos sur la page d’accueil, surtout quand on commence à développer son réseau, que l’image est essentielle pour attirer l’attention et faire lire le titre de l’article. Le titre, lui, doit être accrocheur, pour donner envie d’aller lire l’article.

Concernant l’article, n’hésitez pas à développer et à faire long. Ce sont les articles de 2 000 à 3 000 mots qui auront le plus de partages.

Quelques jours après avoir publié votre article (plutôt en début de semaine et plutôt le matin), copiez l’URL et partagez-là via un post (partage en page d’accueil). Cela vous permettra de donner une nouvelle vie à votre contenu et d’obtenir beaucoup plus de vues.

A ce propos, il y a une différence entre les vues d’un article qui comptabilisent les gens qui ont cliqué pour aller lire l’article (qu’ils le lisent en entier ou qu’ils le lisent en diagonale). En revanche, les vues de posts ne sont que des impressions (affichage à l’écran). Les 2 données peuvent être intéressantes séparément mais ne sont pas comparables.