Cher lecteur, merci de m’accorder du temps en venant lire cet article. C’est un business case de data marketing appliqué au SEO pour booster la visibilité et le trafic du site d’une PME BtoB sur un marché de niche. Résultats de notre approche : trafic du site multiplié par 12 en quelques semaines.

Bruno (ce n’est pas son vrai prénom) développe une nouvelle activité de service sur un marché BtoB où les grands comptes sont nombreux et puissants. Il veut se faire remarquer de ces grands comptes notamment et qu’ils deviennent clients en achetant son service. Problèmes :

  • personne ne l’a attendu,
  • Il n’a pas de notoriété particulière sur ce marché,
  • Il a peu de temps pour rentabiliser son projet, sinon il devra l’abandonner,
  • il y a une forte concurrence des prestataires qui proposent des offres différentes mais les budgets des annonceurs ne sont pas indéfiniment sans limites,
  • il est prêt à investir mais ne peut pas se permettre de gaspiller con budget et attend donc une forte rentabilité de chaque euro investit.

Bruno a entendu parler de nous via le réseau des anciens de son école. Il me contacte pour que nous l’aidions à développer sa visibilité et sa notoriété sur les réseaux sociaux, en étant convaincu, comme de nombreux autres entrepreneurs que ces plateformes ont un effet de levier considérable.

La question se pose donc de la meilleure manière d’affecter ce budget : réseaux sociaux, ads, SEO, content, livre blancs, vidéos, infographies…

S’il peut arriver qu’une présence d’une organisation BtoB sur les réseaux sociaux apporte des résultats quantitatifs, ce n’est pas très répandu. C’est un peu comme le Loto : beaucoup l’espèrent, 100% des gagnants ont tenté leur chance, mais 100% des participants n’ont pas gagné, loin de là. J’ai quelques exemples d’entreprises qui ont eu un retour positif (en termes business) de leur présence sur les réseaux sociaux. J’ai un nombre encore plus important d’exemples d’entreprises (petites ou grandes) qui n’ont eu aucun résultat tangible pour le développement de leur activité.

L’étude 2018 de l’AMA (American Marketing Association) montre que le ROI d’une présence de marque B2B sur les réseaux sociaux est, au mieux médiocre.

Bruno tient néanmoins beaucoup à cette présence « social media ». Nous travaillons donc à l’amélioration de son profil LinkedIn, mais, compte tenu de sa situation, je trouve totalement déraisonnable de mettre tout son budget pour développer et optimiser sa présence sur les réseaux sociaux.

Je préfère lui recommander, une fois le travail minimum effectué, de travailler sur son site. Il ne faut pas oublier que :

  • Google reste le premier site le plus fréquenté en France (en progression en 2017),
  • Google représente en moyenne plus de 50% du trafic d’un site Internet,
  • Google a une forte particularité : on s’y rend avec une intention : intention de comparer, intention de s’informer, intention de se former, intention de comprendre, intention d’acheter…
  • Quand on ne sait pas, on pose la question à Google et Google propose des réponses les plus pertinentes possibles.

Sur un marché donné, quel qu’il soit (local, national, international, BtoB, BtoC…), comprendre ce qu’il se passe en ligne est un excellent moyen de dégager une stratégie efficace (on sait où on va et pourquoi au lieu de fonctionner au feeling) en fonction non seulement des attentes et besoin des internautes (pros ou particuliers) mais aussi en fonction de ce que fait (ou ne fait pas) la concurrence.

Avantages :

  • Connaissance marché
  • Connaissance clients
  • Connaissance des stratégies des concurrents
  • Rentabilité des capitaux investis
  • Efficacité

Pour ce faire, il existe de nombreux outils de BIG DATA qui, combinés entre eux, vont apporter une valeur considérable à une stratégie de marketing digital. Il n’y a malheureusement pas 1 seul outil à utiliser, cela peut demander plusieurs semaines de travail, c’est un investissement financier conséquent notamment pour une petite structure.

Nous faisons donc ce travail (collecte de données, analyse, tri)  sur le marché online de l’offre de Bruno.

Grâce à cette analyse, Bruno comprend mieux comment son marché est structuré en ligne, quelle est sa segmentation, qui sont ses vrais concurrents, quelles sont leurs forces et leurs faiblesses.

Il définit une stratégie, en partant de segments de marché « Océan Bleu » : demande élevée et concurrence faible.

Bruno, choisit en connaissance de cause, et non selon son feeling, les niches de marché sur lesquelles il veut se rendre présent. Ce n’était pas nécessairement son idée première, mais il suit les recommandations que nous lui faisons.

Nous complétons la mission par la rédaction de plusieurs articles optimisés pour le référencement.

Résultat : en 3 mois, on passe d’un site qui vivotait, présent en 1° page sur quelques requêtes à un site présent en 1° page sur plusieurs, dizaines de mots clés. L’impact est direct : le site est plus visible, sur de bonnes requêtes et multiplie donc son trafic par 12 en moins de 3 mois.

Vous aussi vous voulez vraiment faire décoller votre activité en ligne ? Discutons-en ensemble, un RV n’engage à rien : cyril.bladier@business-on-line.fr