Les groupes LinkedIn sont des lieux d’échanges et de discussions entre professionnels autour d’un intérêt commun (métier, industriel, anciens d’une école…). En Septembre 2015, LinkedIn a changé l’interface des groupes, modifié les règles des groupes et lancé une application dédiée aux groupes. Les groupes peuvent être très efficaces et permettre à de nombreux membres de LinkedIn de trouver/retrouver un emploi ou de développer leur business.

Au-delà des principaux changements, sur lesquels je vais revenir, il faut noter que les groupes ont leurs règles, ce sont des espaces de discussion : on y vient discuter ou échanger. L’auto promotion se fait via des articles Pulse ou des posts depuis la page d’accueil.

Depuis la mise en place d’une nouvelle interface début 2017, on ne sait plus combien il y a de groupes sur LinkedIn. Mais à l’époque où cette info était encore accessible, on avait plus de 2 millions de groupes dont plus de 55 000 en français. La question est simple : comment faire le tri pour trouver les bons groupes ?

Règles cachées (et sanctions)

Une fonctionnalité peu connue de LinkedIn (le SWAM pour Site Wide Auto Moderation) pénalise ceux qui ont mauvais usage des groupes.

Voici ce que LinkedIn en dit : « les décisions des administrateurs d’un groupe n’empêchent pas les activités indésirables, comme l’auto-promotion, de se répéter d’un groupe à l’autre. Pour limiter le nombre de cas, nous entretenons un système qui aide la communauté des groupes LinkedIn à identifier les activités indésirables dans tous les groupes ainsi qu’à empêcher ces activités de se reproduire dans d’autres groupes. (…)  Lorsque nous identifions une nouvelle discussion comme étant de faible qualité ou promotionnelle, nous limitons la distribution de ce contenu. Les propriétaires, les administrateurs et les modérateurs de groupes seront avertis lorsque nous détecterons du contenu de faible qualité et celui-ci sera déplacé vers la modération en attente. Les propriétaires, les administrateurs et les modérateurs du groupe peuvent approuver le contenu à diffuser s’il est approprié au groupe. De même, si d’autres membres du groupe signalent une discussion comme étant du spam, la distribution de ce contenu sera limitée. Si des membres violent les règles à plusieurs reprises, la publication de leurs messages ultérieurs sera limitée pour une durée spécifique. »

Pensez donc davantage à sortir du lot en partageant votre point de vue, votre expertise, votre savoir-faire plutôt qu’avec un discours trop commercial.

Les groupes ouverts, c’est fini

Tous les groupes sont désormais « fermés », c’est-à-dire qu’on n’y entre plus sur un simple clic. Il faut demander à y entrer ou être invité. Les groupes sont aujourd’hui standards ou non répertoriés.

Groupes standards :

  1. Vous devez être membre de LinkedIn pour rejoindre le groupe.
  1. Les discussions ne s’affichent pas dans les résultats des moteurs de recherche.
  2. Seuls les membres du groupe peuvent publier des discussions.
  3. Les membres du groupe peuvent inviter leurs relations de 1er niveau à rejoindre le groupe.
  4. Les discussions et les commentaires ne sont visibles que pour les membres du groupe.
  5. Le propriétaire du groupe a la possibilité de le désigner comme non répertorié uniquement après la création du groupe.
  6. Les membres du groupe peuvent approuver les demandes d’adhésion.

Groupes non répertoriés :

  1. Une icône de cadenas figure à côté du nom du groupe.
  2. Vous devez être membre de LinkedIn pour rejoindre le groupe.
  3. Les membres du groupe ne peuvent pas l’afficher sur leur profil à destination des membres qui n’en font pas partie.
  4. Le groupe n’est accessible par aucun moteur de recherche.
  5. Les membres peuvent rejoindre un groupe non répertorié sur invitation du propriétaire ou de l’administrateur du groupe, ou en faisant une demande d’adhésion à partir d’un lien d’invitation qui leur a été envoyé.

Limites des groupes :

– On peut posséder ou gérer 30 groupes.

– On peut être dans 100 groupes en même temps.

– Un groupe, c’est 1 propriétaire, jusqu’à 10 administrateurs / 50 modérateurs et 20 000 membres (dixit LinkedIn, mais il y a des groupes plus importants.

– Titre de discussion : 200 caractères.

– Discussion : 2 000 caractères.

– Commentaires : 1 000 caractères.

Intérêt méconnu des groupes :

Vous pouvez envoyer un message à un membre du groupe sans être connecté (maximum de 15 messages par mois pour l’ensemble des groupes). Attention, dans le groupe, A peut envoyer un message à B sans lui être connecté. Hors du groupe, ce n’est plus possible.

Avenir des groupes

Pas mal de rumeurs ces derniers temps, notamment aux USA, sur une prochaine fermeture des groupes. LinkedIn a indiqué fin avril 2017 : « Nous demeurons engagés dans l’expérience des groupes LinkedIn. Les conversations professionnelles sont au cœur de l’offre LinkedIn. Nous recherchons toujours à améliorer et à trouver des façons d’aider nos membres à communiquer, partager et discuter de sujets pertinents en temps opportun avec d’autres professionnels. »

Pour se rendre visible, 2 stratégies :

Soit cibler des groupes très actifs et où il y a du monde (certains ont plus de 100 000 membres). C’est le signe d’un groupe animé où les membres ont l’habitude d’échanger. Donc plus de possibilité d’obtenir des commentaires et surtout plus d’audience potentielle. En revanche, s’il y a vraiment beaucoup de discussions, c’est aussi plus dur d’émerger.

Soit cibler des groupes peu actifs. Moins de concurrence, moins d’échanges donc plus de possibilité de sortir du lot. Mais si le groupe a été délaissé depuis trop longtemps c’est aussi le risque de parler tout seul sans personne pour lire ni réagir. Néanmoins, c’est peut être aussi une opportunité de relancer un groupe, quitte à demander à l’administrateur de passer la main.

Mais l’une des questions majeures reste le choix :

Comment choisir les groupes intéressants parmi plus de 2 millions.

Dans ses guidelines, LinkedIn indique 2 moyens de trouver des groupes.

En fait il y en a 3.

1° moyen proposé par LinkedIn :

utiliser le moteur de recherche, saisir des mots-clés, consulter la liste des résultats.

Attention, en termes de sémantique il faut être précis sur LinkedIn. « Telecom » donne 2 534 groupes en anglais sur LinkedIn et 108 en français. « Telecoms » donne 500 autres groupes en anglais et 10 en français.

Dans la liste des résultats, LinkedIn indique si le groupe est ouvert ou fermé, si le groupe est actif ou très actif, le nombre de discussions du mois, le nombre de membres et un lien vers des groupes similaires.

Quel que soit le groupe, ouvert ou fermé, on a accès au nombre et à la liste des membres qui font partie de son réseau; au nom du propriétaire et des administrateurs (avec liens vers leurs profils). Dans les groupes ouverts, on a en plus accès aux discussions. Pour les groupes fermés, ce ne sera le cas que si la demande d’accès est validée.

2° moyen proposé par LinkedIn :

passer par le menu « centres d’intérêt » en haut de la page. On arrive à une page avec la liste des groupes dont on fait partie. Des liens permettent ensuite soit de trouver un groupe, soit d’en créer un.

3° moyen, non proposé par LinkedIn (et probablement le plus efficace) :

si on veut aller dans des groupes avec un objectif clair de visibilité, par exemple être vu de personnes précises et pas uniquement pour voir les questions qui sont posées par des professionnels d’un métier ou d’une industrie, il faut passer par les profils. Vous commencez par passer par le moteur de recherche (idéalement le moteur avancé qui est plus précis) pour faire une sélection de profils de professionnels qui vous intéressent.

Vous allez sur leurs profils. En bas de ceux-ci vous avez accès à la liste des groupes dans lesquels ils sont présents. Ils ont fait le tri pour vous. D’une part si ces professionnels ont choisi un groupe et non un autre dans une thématique, cela peut être une garantie de qualité. D’autre part c’est aussi un moyen d’essayer de toucher cette personne en lançant une discussion sur une thématique qui peut l’intéresser ou mieux encore de se faire repérer en répondant à son commentaire ou à une de ses discussions.

Le plus efficace en matière de groupes est peut être de créer le sien. On en fixe les règles, on choisit ses membres, on peut acquérir un leadership auprès de ceux qu’on y a invité. Enfin, c’est aussi un excellent prétexte pour entrer en relation avec quelqu’un qu’on ne connait pas.

Cyril Bladier

Pour avoir beaucoup d’autres conseils (en français) sur LinkedIn, inscrivez-vous au #DefiLinkedIn.